Matin de l'Universel : les Expositions Universelles et valeurs universelles au XXIème siècle


Matin de l'Universel : les Expositions Universelles et valeurs universelles au XXIème siècle

En attendant le compte-rendu, retrouvez ici quelques moments forts du troisième Matin de l’Universel consacré au thème suivant : « expositions universelles et valeurs universelles au XXIe siècle ».

A l’occasion du troisième Matin de l’Universel organisé le 16 janvier dernier sur le thème « expositions universelles et valeurs universelles au XXIe siècle », Jean-Christophe Fromantin pose la question suivante : « les expos universelles sont-elles encore universelles en termes d’enjeux, de valeurs et d’incarnation. Comment réinterpréter l’Universel au XXIe siècle ? Comment conceptualiser et organiser cette valeur dans une approche contemporaine, autrement qu’à travers les grandes expositions du siècle passé » ?

A ses côtés, quatre intervenants :

Florence Pinot de Villechenon - professeur à l'ESCP et experte des Expo

Nelly Wenger - Directrice de l'Exposition Nationale Suisse de 2002

Xu Bo - ancien commissaire de l'Exposition Universelle de Shanghai

Jean-Pierre Lafon - ancien président du BIE 

 

Florence Pinot de Villechenon

Florence Pinot de Villechenon - Les Ateliers de L'Universel 

 

  • Les grandes expositions ont toujours été des témoins de leur temps. D’internationales à l’origine (sorte de joutes franco-britanniques entre industriels en 1831 et 1855 organisées à l’heure de la révolution industrielle), elles sont devenues à l’initiative des Français, après-guerre, universelles quand elles ont abordé les grands thèmes que questionne l’évolution de l’humanité.

 

  • Témoins de leur temps, elles ont une dimension récapitulative - rétrospective (pour démontrer qui je suis, j’ai besoin de montrer d’où je viens) et sont également légitimes aussi par leur capacité à se projeter, à faire de la prospective sur les grandes questions de leur époque. Elles n’ont de sens aujourd’hui que si elles peuvent trouver cet équilibre entre le fait d’être les témoins de leur époque et la nécessaire adaptation aux grands enjeux de l’humanité.

 

Nelly Wenger

Nelly Wenger - Les ateliers de l'universel 

 

  • L’exposition suisse Expo02 de 2002 a été conçue en rupture totale avec les précédentes éditions et s’est affranchie de tous les codes en vigueur : nous l’avons voulu décentralisée (dans 5 cantons et 4 villes), sur 5 sites et non comme un site global, totalement conçue et réalisée sur l’eau, éphémère pour ne laisser aucune trace et enfin, hautement culturelle et résolument festive (40 expos thématiques, 1 500 événements et 3 000 spectacles).

 

  • Le principe même de l’exposition universelle est controversé, on dénonce parfois son obsolescence. Et pourtant, malgré tout, ces expositions continuent d’exister et de susciter un vif intérêt. Par conséquent, une exposition en adéquation avec les enjeux et les contraintes de son temps, intégrant la question du essentielle du sens, innovante dans les contenus et dans la forme, a encore énormément de raison d’exister.

Xu Bo

Xu Bo - Les ateliers de l'universel 

 

  • A Shanghai, la motivation était clairement politique : Les autorités chinoises voulaient montrer au monde entier une nation debout : 190 pays, 56 organisations internationales, la plus grande exposition jamais organisée avec 73 millions de visiteurs. Un réel succès. Mais je sens que l’exposition de Dubaï sera la dernière des grandes expositions sous cette forme. Réalisées à grands coups de béton, c’est l’ancien style… Nous vivons à l’ère de la mondialisation, des évolutions technologiques absolument remarquables (l’intelligence artificielle, le Chat qui permet de voir tout gratuitement, tous les jours, aux quatre coins du monde)… Les temps changent et nous devons intégrer ces changements.

 

  • L’exposition nouvelle génération devra nous unir autour de quatre P :
    • La Passion : celle de la technologie qui modifie les problématiques mondiales (mobilité, services…)
    • La Plate-forme : aller vers moins de béton et plus de virtuel.
    • La Participation : avoir moins d’Etats et plus de « société civile » (les grands acteurs : entreprises, universités… motivées et détentrices de savoir-faire).
    • Les Propositions : lancer une série de propositions, de recommandations, pour suggérer une nouvelle forme d’expositions.

 

Jean-Pierre Lafon

Jean-Pierre Lafon - Les ateliers de l'universel

 

  • Le BEI, s’il a permis de formaliser les choses, s’est modelé sur l’organisation de l’Assemblée Générale des Nations Unies avec le principe d’un Etat-une voix. Mais en passant de 30 à 190 Etats, il est aussi devenu un carcan, par le fait de devoir obtenir, pour organiser une exposition, le nécessaire soutien de tous les petits Etats… Au point que l’Inde ou les Etats-Unis se sont retirés du BIE.

 

  • Dans notre monde actuel, multiple, les acteurs étatiques ne sont plus les seuls acteurs majeurs. Les grandes entreprises, les grandes universités mondiales sont devenues des acteurs essentiels du changement : Harvard, Standford, Mcgill (Canada), Oxford, Cambridge et les grandes universités chinoises… pourraient largement contribuer à des expositions sur l’innovation, le changement et les nouvelles tendances.

 

  • Dans ce monde où tout s’accélère, l’idée même de passer 5 ou 7 ans pour monter une exposition n’est plus logique. Regardez le dynamisme des shows ou expositions d’aujourd’hui : l’annuel Consumer Electronic Show de Las Vegas, les Foires industrielles de Hanovre et de Leipzig, le Photonika de Castel, la FIAC, les Fashion Week NYC, Londres, Milan et Paris ou le concept « Capitale culturelle de l’Europe ».

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Ateliers de l'Universel.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.