Pour un nouvel humanisme


Pour un nouvel humanisme

Philippe Levillain, Historien et membre de l’Académie des Sciences morales et politiques

 

Dans une série d’entretiens, nous abordons avec Philippe Levillain, Historien et membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, quelques-unes des questions fondamentales que pose l’exceptionnelle crise sanitaire que nous traversons.

 

Une des questions parmi les plus aigües, mais également miroir de notre société, est celle de la sélection de ceux qui doivent être les mieux soignés. A cause de l’allongement de l’espérance de vie et du poids des plus âgés dans la structure démographique de nombreux pays cette question est cruciale. Et elle pourrait l’être de plus en plus compte-tenu des principes d’efficacité et de rentabilité qui régissent nos sociétés contemporaines. « Alors que nos civilisations de traditions grecques et romaines ont sanctuarisé la famille et la sagesse des ainés, on assiste aujourd’hui à un désordre social qui privilégie les forces vives par rapport aux forces passées » rappelle l’historien. Dans la vision chrétienne de la vie, en cas de maladie, la vie de l’enfant est privilégiée à celle de la mère. « C’est la victoire de l’espoir dans la vie par rapport à celle du vivant usé ». Par conséquent la question ne se pose pas forcément en termes de générations. Elle est à considérer par rapport au contexte dans lequel on vit et à l’idéal de société auquel on aspire. En 1912, ceux qui ont été sauvés dans le naufrage du Titanic - « les femmes et les enfants d’abord » - incarnaient ce choix car nous avions une confiance forte et indéfectible dans l’avenir. La question se pose aujourd’hui du sens de cette sélection dans un contexte politique aléatoire. « L’homme est un loup pour l’homme » rappelait Hobbes dans le Léviathan. Qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ? Sacrifier une génération par rapport à une autre n’est concevable - fusse dans un contexte d’urgence, de guerre ou de pandémie - qu’à l’aune de l’espoir que portent ceux qui seront sauvés. Là est sans doute une des questions les plus universelles qu’il faut affronter dans de telles circonstances. Notre défiance vis-à-vis des valeurs du passé et l’approche à court-terme de l’avenir créent un doute sur la meilleure option. Sacrifier une génération n’a de sens que pour sauver l’humanité, pour construire l’avenir ou pour répondre d’un projet politique plus fort que la crise qui nous décime. Ne pas aborder cette question en face reviendrait à subir les injonctions des plus puissants ou de céder à la fatalité. Et de s’en tenir alors à une réponse aussi simpliste que dépourvue de sens : A quel âge peut-on fixer le seuil d’utilité ? 

 

Cette crise révèle aussi le primat de l’individu sur l’économie. Les décisions politiques, en Chine, en Europe ou aux Etats-Unis, sont heureusement prioritairement orientées vers la santé des personnes malades. Mais un autre enjeu nous attend, celui d’éviter de passer du primat de l’individu à l’individualisme au détriment des solidarités. Une crise comme celle que nous traversons est un test pour l’Humanité. Les tentations individualistes, nationalistes et toutes les formes d’égoïsme mettent à l’épreuve notre communauté humaine, sa solidité, son potentiel de réconciliation et l’attention mutuelle et bienveillante de ceux qui la composent.

 

Avec Philippe Levillain, nous abordons également la question de l’inégalité face à la santé. Nous ne pouvons rien au fait que nous sommes génétiquement différents face à la vie. En revanche notre environnement a une très grande influence sur les différences de notre capital santé et de nos chances de vie, voire de survie. Cette seconde différence est majeure et elle constitue le socle d’une question universelle qui se pose à nous. Quel projet de vie chacun d’entre nous peut-il espérer ? Car de nombreuses dérives en limitent le champ. La métropolisation, la pollution ou l’alimentation rapide résultent de choix - ou de non choix - politiques dont l’impact est très lourd sur notre santé. « La crise actuelle met à nu à la fois notre capital santé, mais aussi notre politique de santé » note Philippe Levillain. Nous vivons les limites d’un modèle de société qui a cédé à la performance économique plutôt que de veiller à la préservation d’un bien commun universel. Or c’est à partir de ce bien commun que chacun d’entre nous puise les ressources dont il a besoin pour réaliser son projet de vie.

Cette crise révèle aussi les limites d’un système de santé dont les performances technologiques et scientifiques sont exceptionnelles mais qui démasque cruellement l’enjeu d’une médecine populaire et équitablement distribuée sur nos territoires. Nous sommes capables de transplanter des cœurs. Mais pas de fournir des masques ! C’est pour cette raison que la crise sanitaire nous conduit directement vers le sujet de la prévoyance. Quand plus d’un milliard d’individus à travers le monde est confiné à cause d’un virus, ce qui nous apparaissait hier comme évident, simple et bien rodé ne l’est plus. Prévoyance équivalait à sécurité. N’est-ce pas la prévoyance qui nous permettait de prévoir, de mutualiser nos moyens et d’offrir à tous la meilleure vie ? N’est-ce pas sa construction assurantielle qui nous rendait serein face à la maladie ? Face à cette question et dans le contexte que nous vivons, il est facile de comprendre que la prévoyance est mise à mal. Le coronavirus dépasse le sujet du paiement des soins, « il est impossible de chiffrer la prévoyance dans un paradigme nouveau, note Philippe Levillain, le coronavirus nous interpelle sur un enjeu plus vaste, celui d’un modèle dont les effets sont imprévisibles et incontrôlables sur notre santé »

 

La question se pose donc des bases à partir desquelles, forts de cette crise et des enseignements que nous saurons en tirer, nous avancerons vers un nouvel humanisme. Quand Mireille Delmas-Marty, membre de l’Institut, appelle à ce nouvel humanisme, elle mise sur la « boussole des possibles », régulée par des valeurs aussi simples mais universelles que la fraternité, la solidarité, l’hospitalité ou la dignité. Le pape Benoit XVI, dans son encyclique sociale « Caritas in Veritate », rappelle que la gratuité sera le marqueur clé d’une humanité retrouvée. La crise actuelle fait exploser nos certitudes, il nous appartient d’en faire une espérance.

 

Jean-Christophe Fromantin

Ce dialogue a également été publié dans Le FigaroVox :

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/cette-crise-nous-permettra-t-elle-d-avancer-vers-un-nouvel-humanisme-20200327

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Ateliers de l'Universel.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.