Ouided Bouchamaoui, Jean-Christophe Fromantin, Docteurs Honoris Causa


par Mireille Bertrand

Ouided Bouchamaoui, Jean-Christophe Fromantin, Docteurs Honoris Causa

Florence Gabay, Directrice du développement au Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS), le Professeur Fouad Nohra, Maître de Conférences à l’Université Paris-Descartes, Directeur des études du CEDS ont présidé cette cérémonie.

Avec joie, émotion et humilité, Ouided Bouchamaoui a évoqué son action auprès de la jeunesse, la société civile tunisienne pour mener le pays, au bord d’une crise politique majeure en 2014, à la concertation pour établir un régime démocratique. Elle a souligné avec vigueur le rôle et la puissance du dialogue pour conduire autour d’une même table patronat et syndicats. Par pudeur elle n’a pas mentionné le courage et l’engagement dont elle a fait preuve pour atteindre cet objectif face à des menaces de mort, ou l’hostilité affichée de personnalités à l’esprit fermé qui ne voulaient pas de cette alliance à contre-courant.

« Mais après les assassinats politiques, la raison a gagné » souligne Ouided Bouchamaoui. « Les représentants de la société civile se sont assis avec les chefs des partis politiques, dont certains n’osaient même pas se regarder, et ont accepté ensemble de signer une feuille de route aboutissant à des élections libres et démocratique et une constitution moderne. Elle reste à améliorer mais assure la liberté de la presse, la liberté d’éducation et surtout la liberté des femmes ».

Mentionnant sa fierté, d’appartenir à un pays moderne, jeune et de partager sa culture avec la culture française très présente dans sa vie, elle a salué avec enthousiasme la proximité de nos pays, les partenariats existants, et le souhait de projets futurs pour travailler ensemble sur le développement économique.

 

Passionné par l’étude des effets de la mondialisation et de la métropolisation, Jean-Christophe Fromantin évoque « sa conviction que la mondialisation est l’objet d’un quiproquo » et évoque l’existence d’une forme d’incompréhension, de doute, sur un monde qui échange, qui interagit, qui communique.

Face à la diversité du monde avec ses paysages, ses territoires, ses cultures, traditions, savoir-faire…l’idée de partager, de faire connaitre ce qui fait la fierté et la singularité de nos lieux de vie apparait comme une évidence. Cette diversité permet à chaque territoire d’avoir sa place dans les échanges et dans une mondialisation ouverte sur le partage des singularités et offrant des opportunités nouvelles. « Malheureusement la mondialisation a pris une fausse route, avec notamment la métropolisation qui est la voie de la standardisation » constate Jean-Christophe Fromantin. Si les perspectives des géographes et économistes se révèlent, dans 30 ans, 95% de la population vivra dans 200 métropoles, conçues autour des mêmes architectures, avec les mêmes produits, les mêmes normes et immergées dans une culture standardisée et unique. Cette voie mène à une impasse économique, écologique et sociale. La neutralisation de la diversité transforme l’économie en une compétition et non plus un échange ; d’un point de vue social la métropolisation réduit l’espace vital nécessaire à l’hospitalité et aux rencontres et d’un point de vue écologique, génère des ilots de chaleur responsables de dérèglements climatiques. La métropolisation a été la condition du progrès dans le cycle industriel où la taille critique et la concentration étaient déterminantes. Mais la logique du monde d’aujourd’hui est différente. Elle est celle des réseaux, d’un monde distribué et non centré. Au moment où le bien-être devient le déterminant de la vie des populations, en France et ailleurs, la technologie offre cette opportunité de permettre de réinvestir la nature, de concilier qualité de vie et diversité et de ne rien perdre du progrès. « Le défi de XXIème siècle sera de construire ce projet de « société distribuée » où chacun pourra vivre là où il le souhaite » conclut Jean-Christophe Fromantin.

Le 22 septembre 2020

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Ateliers de l'Universel.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.