Rencontres avec des entrepreneurs enracinés


par Jean-Christophe Fromantin

Rencontres avec des entrepreneurs enracinés

Le nivellement culturel est un des effets collatéraux de la mondialisation. Les stéréotypes de la consommation participent de l’expansion de marques mondialisées qui laissent peu de place aux cultures et aux savoir-faire issus des territoires. Et pourtant, deux journées d’échanges au cœur de territoires ruraux montrent, s’il en est besoin, les perspectives de succès du « local » dans un monde « global » …

Convaincu d’une profonde aspiration à des formes plus authentiques d’expérience et de consommation, j’ai passé 48h00 au cœur du Limousin à la rencontre des producteurs qui témoignent d’un renouveau des savoir-faire territoriaux. Mon parcours passe par la Corrèze et la Haute-Vienne, et en particulier vers deux métiers ancestraux  l’herboristerie et la savonnerie. Qui aurait parié il y a quelques années sur le potentiel de ces métiers et sur leur rayonnement ?

Le Comptoir d’herboristerie à Saint-Augustin (Corrèze) et la savonnerie Nature et Limousin à Limoges (Haute-Vienne) développent des produits à forte valeur ajoutée. Enracinés dans un territoire rural et dans une ville moyenne, au plus près des productions naturelles de plantes aromatiques, ces entrepreneurs ont transformé des recettes locales en projet d’entreprise. L’un comme l’autre ont su combiner trois facteurs : un savoir-faire traditionnel, un territoire et surtout un bon usage des technologies. Sans renoncer à l’approche artisanale qui fonde la qualité et le succès de leurs produits, ils ont fait de leurs territoires respectifs les avantages comparatifs qu’attendent les consommateurs. Les technologies font le reste en donnant à ces entreprises un potentiel d’audience qui va au delà des frontières de leurs territoires. « Nous vendons jusqu’en Australie » me fait remarquer Jean Maison patron des Comptoirs de l’Herboristerie.

Alors que l’économie mondiale glisse vers la standardisation de la production, de la consommation et des savoir-faire, ces exemples témoignent au contraire de l’impact des technologies quand elles sont mises au service de la culture ; elles viennent revisiter la géographie, redonnent de l’audience à des métiers et de la visibilité à des territoires ; elles permettent de développer à l’échelle d’un monde global une production locale qui ne cède rien à l’authenticité d’un territoire ; elles redonnent aux territoires une raison d’être et renforcent pour leurs habitants le sentiment d’appartenance. Elles participent d’une valeur universelle essentielle, celle  qui touche à la dignité humaine, celle qui permet à chacun de travailler là où il vit, et, comme le montrent ces exemples, de participer aux échanges internationaux, en s’appuyant sur les atouts de la diversité géographique.

L’universalité passe par le respect des patrimoines économiques du monde. Elle témoigne de ce que la mondialisation, pour réussir, passera par la capacité de chacun à vivre et à travailler en tirant partie des atouts singuliers dont il est dépositaire. 

C’est une approche que je suis venu partager également avec les élus locaux qui doutent parfois des chances de leurs territoires dans un monde qui n’a de cesse d’expliquer que les « métropoles » et les « startups » sont l’alpha et l’oméga de la modernité. Le Président du Département de la Corrèze, à l’origine du label « origine Corrèze », défend le patrimoine vivant qui fonde des dizaines de savoir-faire et de productions  de son territoire.

Au XIXème siècle, les Expositions universelles s’adressaient à des milliers d’artisans pour lesquels ces événements internationaux étaient de formidables révélateurs de la qualité de leurs savoir-faire. Aujourd’hui, l’attachement aux valeurs universelles interroge à nouveau notre capacité à valoriser les singularités du monde. C’est un enjeu essentiel si nous voulons faire de la mondialisation un espace d’échanges plutôt qu’une zone de compétition. C’est l’impératif par lequel les technologies auront un sens.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information des Ateliers de l'Universel.
Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Information

Ce site utilise des cookies pour enregistrer des informations sur votre ordinateur. Parmi ces informations, certaines sont essentielles au bon fonctionnement de notre site. D'autres nous aident à optimiser la visite des utilisateurs. En utilisant ce site, vous acceptez d'utiliser ces cookies. Consultez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.